Catégorie :

Mon coeur restera de glace – Eric Cherrière

Autrefois généreusement nourri à la graisse de phoque, le manteau en cuir noir dessiné par Hugo Ferdinand Boss n’est plus qu’une armure gelée, lourde et humide, dont Hünger se sépare sans hésitation au pied d’un arbre. Puis il reprend son poste d’éclaireur. Les gouttes ruissellent sur ses tempes, se faufilent dans son cou, glisse le long de l’épine dorsale, réveillant des sensations que sa peau n’a pas oubliées, et Friedrich Hünger croit un instant être retourné dans la Forêt-Noire d’une enfance qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Publié le