Parler de cette société moderne qui persiste à confondre les femmes avec les hommes qui les entourent, sans considérer leur propre existence.

 

Louise Voileret, écrivaine à succès, épouse Philippe Dumont, jeune homme aspirant politicien rempli de convictions et d’une fougue qui la renverse.

Les années passent, et un jour Louise découvre que Philippe n’est plus l’homme de son cœur.

Ce soir ils ont rompu. Elle a découvert ses malversations. Ses comptes à l’étranger. Les pots-de-vin. Elle le quitte car elle ne peut supporter être mêlée à cela.

Quelques jours plus tard, la presse et les réseaux découvrent à leur tour les manœuvres financières et une enquête débute.
Pour Louise, que le monde mondain persiste à appeler Madame Dumont, c’est le début d’une descente aux enfers…

Eviction des dîners, ghosting, montages et manipulations médiatiques, le sort s’acharne jusqu’à lui prêter une liaison avec le jeune avocat qui la défend.

Rien ne lui est épargné, de la remise en question de ces qualités d’écrivain jusqu’à ses années de mariage, elle endosse tout le poids de la honte que lui a construite son ex-mari.

Elle a fui pour se préserver de la boue et elle se retrouve plantée au milieu de la mare.
Elle s’enlisse, attend que les choses se tassent. Mais jusqu’à quel point ?

Il y aurait tant à dire sur ce roman qui m’a laissée à fleur de peau. Cette spirale infernale, la manipulation médiatique et l’opinion publique au jugement si facile… Cela m’a rappelé Myriam Leroy, qui m’avait percuté.

L’écriture est fine, les dialogues expressifs, le style est à l’image du milieu qu’elle dénonce. La rage et l’impuissance de Louise se tissent à travers les pages.
Et puis le piège se referme et on est pris à la gorge.

Et Louise de répondre à l’un de ses détracteurs qui tentait une approche faussement mielleuse « Derrière chaque grand homme, il y a une femme »
-Loin derrière alors. Ne me mêlez pas à ces affaires !

Laisser un commentaire