Ados

Flora Banks – Emily Barr

Ce roman paru chez Casterman vient de remporter le prix Farniente. Ce prix, à destination des jeunes, par les jeunes a une certaine renommée et les romans primés permettent de faire ressortir des pépites qui n’auraient peut-être pas été repérées dans le flot continu des sorties littéraires.

Flora Banks est de ceux-là et merci au jury du Farniente car c’est grâce à cette nomination que j’ai débuté la lecture de ce roman à destination des ados à  partir de 13 ans.

Une foi débutée la lecture, la couverture prend tout son sens. Cette sobriété, ce vide en quelque sorte, et la police qui semble s’effacer progressivement c’est Flora. Flora Banks. Elle a 17 ans.et elle souffre depuis ses 10 ans d’amnésie antérograde. C’est à dire qu’elle n’a plus de souvenirs. Et tout ce qu’elle vit s’oublie dans les deux heures. Sa vie est inscrite dans un carnet, et sur ses bras. Car elle ne se rappelle de rien. Aucun souvenir… Sauf un ! Et elle s’y accroche de toutes ses forces.

J’ai adoré et dévoré la première moitié du livre. Le processus d’écriture de l’auteure nous met vraiment dans la peau de Flora, et vous verrez que vous aussi parfois vous douterez de votre mémoire. Le fait que le récit soit écrit à la première personne complète cette immersion totale dans la vie de l’amnésique Flora. Elle a malgré tout une détermination et un aplomb incroyable. « Sois forte » lit-elle sur son bras.

Elle l’est, indubitablement.

 

J‘ai lu de ci de là que certains avaient été légèrement agacés par les répétitions (eh oui toutes les deux heures elle doit se rappeler qui elle est, ou elle vit, et autres infos pourtant basiques) mais je trouve que cela participe à comprendre la difficulté de vivre quand on souffre de cette amnésie. Je n’ai zappé aucun passage et j’ai parfois raté un battement quand je m’apercevais qu’il manquait quelque chose dans ma chronologie. Comme Flora. C’est vraiment troublant. J’ai eu peur avec elle, j’ai partagé son espoir, ses doutes, j’ai parfois enragé de voir qu’elle passait à coté de quelque précieux indice mais … Je ne suis pas amnésique et malgré tout le soin mis dans les détails pour me permettre de me rendre compte, j’espère ne jamais avoir à vivre cela.

 

J’ai ressenti un certain essoufflement dans la seconde moitié du livre, pendant le voyage et la recherche. Je trouvais le récit plus plat et attendu. J’ai néanmoins très vite assisté à plusieurs rebondissements dans la dernière partie du récit qui amènent à une fin en porte ouverte. Ce roman traite de thématiques graves comme la maladie ou l’enfermement, elle pose aussi plusieurs questions et théories à propos de cette amnésie. 

Le roman aborde aussi des questions plus philosophiques comme la valeur de l’amitié, la force d’un premier amour, mais aussi sur le mensonge et la foi en soi. De très belles morales se dégagent de ce livre et le fil conducteur qui fait de Flora une personne tenace et positive est ce qui fait la force de cette histoire. Une chose est sure, c’est une histoire qui marque et que l’on oublie pas. 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *