Ce roman, c’est avant tout un coup de coeur couverture. Magnifique, onirique, elle m’avait donné des envies d’aventures.

Sa quatrième avait fini de me convaincre en me présentant Degan, un voleur reconnu du bagne d’Avir, convaincu de suivre une mystérieuse femme dans un périple aux multiples revers.

Degan porte la marque des Parleurs, créatures légendaires capables de ressentir les émotions des êtres vivants qui les entourent.

Quand la menace d’une guerre se fait pressante, Degan doit apprivoiser des codes bien lointains de tout ce qu’il a pu connaître…

Premier tome d’une trilogie, ce roman est d’une richesse incroyable. En plus de reprendre tous les codes du genre fantasy, l’auteur y a intégré des valeurs nobles telles que le respect de la femme, l’écologie, la politique et de nombreux thèmes très actuels mais qui, replacés dans le contexte de cette histoire, nourrissent le récit.

C’est une aventure très immersive, avec beaucoup de détails, un univers entier qui se déploie sous nos yeux.Les paysages, les contrées mais aussi les personnages rencontrés sont décrits en profondeur et ont tous des caractères bien trempés.

Si Degan ressent les émotions des êtres vivants, nous, lecteurs, les vivons avec lui.

Ce premier tome se termine sur plusieurs questions, sur des quêtes non complétées, qui engagent Franck J. Matthews a nous donner rendez-vous prochainement.

A ce propos, je me permet un petit message sur l’auteur et vous suggère d aller suivre son insta. Il est très transparent sur l’aventure de l auto edition, et cette transparence est très instructive car c’est un univers qu’on connaît peu. Il donne de très bons conseils pour ceux qui souhaitent se mettre à l’écriture. En outre, il chronique aussi d’autres lectures de romans auto-édités et je trouve que ses analyses sont très complètes et approfondies. Ma PAL ne le remercie pas !

Pour conclure donc, c’est un excellent roman qui donne ses lettres de noblesse à l’auto-édition, et que je vous encourage à découvrir sans tarder !

Laisser un commentaire