Littérature

Les yeux rouges – Myriam Leroy

Lui : un vrai sale con. Il livre ses opinions sans aucun filtre, limite avec fierté sous couvert d’appartenir à une super élite intellectuelle dont il espère qu’elle fait partie.

Elle : Seule erreur : avoir répondu la première fois. Son point de vue aide le quidam que nous sommes ) comprendre le silence des « stars » ou des personnalités publiques. Quand on voit ce qu’elles vivent, on comprend mieux les raisons de ces silences perçus comme du dédain ou de l’impolitesse.

Lui : Raciste. Rétrograde. Dégueulasse et salace enrubanné d’émojis.

 

Ce roman aborde le harcèlement. L’image publique. L’actualité. La vie, l’enfer vécu par Myriam Leroy.
Comment combattre quand on est seule et que l’image qu’on donne et le sarcasme qui est notre signature ne suffit plus à repousser la perfidie ?

 

« Et parmi cette galère aux portes de l’impensable, il y a toujours une bonne copine ou collègue bourrée qui dit que ton comportement est problématique avec les hommes et qu’il avait bien fallu qu’un jour ou l’autre tu te prennes un retour de bâton … que ça se voyait que j’avais l’air disponible .. revers de la médaille… »

 

C’est un livre MILITANT qui rappelle que NON il ne DEVRAIT PAS y avoir de revers de médaille.
On n’est pas des steaks ! Point !

« Où sont les gens quand on a besoin qu’ils enterrent un corps et qu’avant cela ils le rouent de coups de pelle ? 
Dans quelle cure de raisin peut-on les trouver ? »

 

Parce qu’évidemment, on est seule face à son histoire. Face aux attaques répétées et au résultat d’une éducation « si tu portes cela tu vas te faire violer », seule face à ses traumatismes.

Ce combat, Myriam Leroy nous le raconte parce que la désobéissance du non-dit est une nécessité absolue.
Et puis parce que ce n’est pas parce qu’on ne nous entend pas qu’on a rien à dire !
Bien sûr on y retrouve la verve littéraire qui fait le talent de cette auteure. Et puis l’humour, le sarcasme, la griffe Leroy…

Je ne me lasse pas de relire l’insulte la plus jouissive qu’il m’ait été donné d’entendre. Elle crache à elle seule tout le fiel déversé par les détracteurs. A hurler.

Aujourd’hui, je suis honorée d’avoir pu grâce à ce témoignage m’interroger, douter, repenser, et j’espère comprendre. Car oui, nous avons pu parfois avoir des comportements intrusifs plus ou moins poussés. Parfois juste par gentillesse. Je vous encourage à lire ce livre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *