Premier roman traduit en Français, l’Usine augure une reconnaissance méritée à cette autrice de talent, grâce aussi à une traduction particulièrement réussie de ce roman aux allures kafkaiennes.

Pas de panique, on a écrit Kafka mais ce roman est terriblement contemporain.

L’Usine… Ville dans la ville, entourée de mystère et de curiosité, elle semble se suffire à elle même. Mais qu’y produit-on ?
On ne le saura jamais !

A travers les pages de ce roman court mais exigeant, c’est une véritable critique de notre société qui y est montrée, dans toutes ces incohérences.

Trois candidats sont recrutés suite à une annonce alléchante, dans un contexte économique compliqué. Une aubaine !

Le contrat ? Bien moins que prévu. Mais ne devrait-on pas déjà être reconnaissant qu’on veuille bien de nous ?

Le travail ? Incompréhensible, loin du niveau de nos compétences. Excusez-moi, ne devrait-on pas plutôt… CHUUUT et sourire gêné. Ne te pose pas de question. Juste exécute-toi. Sois gentil.
Ne pas oublier de remercier pour cela. C’est l’Usine, ce n’est pas rien !

La culture asiatique est vraiment bien représentée, ses coutumes, son humilité et sa productivité légendaire sont ici mise en exergue et permettent de se rendre compte assez vite de ce marasme dans lequel nous baignons tous, pour la plupart. Un travail alimentaire, que nous ne comprenons pas toujours, qui ne ressemble pas à l’utopie de nos livres d’enfants, mais qui occupe une grande partie de nos vies.

Aliénation et absurdité du monde du travail, impact de ce mode de vie sur notre existence et celle de nos contemporains, j’y ai aussi vu un grand cri, un besoin de dénoncer pudiquement nos modes de vie…

J’ai envie de dire que j’ai compris, et que je vais changer. Mais tout comme dans ce roman, nous ne maîtrisons pas tous les maillons de la chaîne de la société, et il reste des zones d’ombres que nous ne pouvons découvrir. Des non-dits.

Une lecture assez sombre, à lire et à laisser infuser, même si le constat n’est pas lumineux, la plume elle, est éclairante !

Laisser un commentaire