« Ce témoignage retrace mon parcours d’escort boy en France. Milieu opaque et sous-documenté. Je n’avais aucune idée de l’existence des gigolos avant ma majorité. Je pensais l’exercice de cette profession réservé aux femmes seules. »

Si vous me suivez régulièrement, vous savez que je ne suis pas branchée love story, et encore moins histoire d’escort boy !

Néanmoins, l’auteur avait su me persuader grâce au biais de son récit, abordant sans fard l’aspect plus sociétal du métier. Les dérives de la société aussi.

J’ai apprécié l’ouverture de l’auteur, son envie de nous partager la réalité de ce métier couvert de tabous. C’est court 120 pages pour montrer la diversité des facettes du rôle d’accompagnateur. Et pourtant…

Cependant, une zone d’ombre entache ce récit. Une absence totale de relecture !  De nombreuses fautes d’orthographes (parfois plusieurs par pages), des prénoms modifiés en cours de route, des verbes ou synonymes mal choisis, accords non conjugués… C’est un vrai problème pour faire de ce récit une recommandation de lecture.

Dommage car l’originalité, le format et le sujet en font un ouvrage recommandable !

2 pensées sur “Un chesterfield à vendre – Martin Poquelin”

Laisser un commentaire