Une lecture douloureuse

J’avoue que j’ai eu du mal avec cette histoire et qu’il m’a fallu lutter pour dépasser le malaise. Mais que j’ai bien fait ! C’est une période compliquée, et clairement je ne souhaitais pas une lecture si éprouvante moralement en cette période déjà compliqué mais comme on dit, le talent n’attend pas !



Un loup quelque part, c’est l’histoire d’une tâche. D’un instinct maternel qui s’éfface. De certitudes qui se détricotent pour construire une armure de laine. Cacher le noir. Donner le change face au monde, même si on en comprend plus le sens. Plus la tâche grandit et plus la vie s’effondre sous les pieds de cette mère en panique face à cet enfant non-désiré. Ce bébé raté. Ce merdier. Et puis le fond. La fuite. Le repli vers ce qui nous ramène au passé. Faire son deuil.

 


« Le deuil de toutes les mères. Celle qu’elle n’arrive plus à être, celle qu’elle n’a pas eue, et celle qu’elle a perdue. »

 

Il faut parfois toucher le fond pour se donner l’impulsion pour remonter vers la Vie.

 

Véritable prouesse littéraire, Amélie Cordonnier remue les tripes, pousse le détail cruel pour que plus rien ne nous protège. Ça fait tellement mal, cette impuissance. Car on est successivement angoissé, nos yeux ne veulent plus lire les mots cruels, ne veulent plus de cette escalade violente et pourtant, on continue. Plus tard, le carcan se dénoue un peu, pour nous permettre de respirer un petit peu mieux. Je referme le livre épuisée, mais soulagée aussi.

J’ai maintes fois pesté contre cette femme. Arguant qu’on ne peut absolument pas avoir d’empathie pour elle.

Que c’est de la maltraitance.« Mais que fait l’entourage bordel ? Et l’enfant ? On ne parle jamais du point de vue de l’enfant, c’est honteux ! Cette femme ne mérite pas qu’on écrive sur elle ! »

 

Et puis j’ai compris que peu importe le sujet traité, le vrai talent est de nous le faire vivre de l’intérieur. Et c’est précisément ce que Un loup quelque part provoque. L’épidermique révolte. Merci Amélie Cordonnier

 

 

5 pensées sur “Un loup quelque part – Amélie Cordonnier”

Laisser un commentaire